Cyberspace Forum
Administrateurs : Zen2003
 
 Cyberspace Forum  Cyberspace - Show  News du monde musical, Chroniques, Interviewes 

 U2... du neuf à l'horizon !

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Zen2003
Membre
334 messages postés
   Posté le 19-01-2009 à 10:16:55   Voir le profil de Zen2003 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Zen2003   

Le nouvel album de U2, "No Line On The Horizon", arrive bientôt !
Set List:
- Magnificent
- Breathe
- Winter
- No Line on the Horizon
- Get your Boots On
- Unknown Caller
- Crazy Tonight
- Moment of Surrender
- Stand Up
- Every Breaking Wave



Infos transmises un fan de U2 :

Universal France nous confirme les 5 formats qui sortiront en France :
- Un cd standard
- Un Vinyle
- Un digi pack contenant une édition limitée, un livret de 36 pages et un poster.
- Un magazine contenant un livret de 60 pages. De plus un lien donnera la possibilité de télécharger un film exclusif d'Anton Corbjin.
- Un coffret qui contiendra un digipack, un dvd d'Anton Corbjin avec un film exclusif, un livre de 64 pages et un poster à déplier.

D'autre part, la mise en radio officielle sera le lundi 19 janvier au matin, et le clip est annoncé pour fin janvier.

Get On Your Boots est bien le titre du single qui sera diffusé sur les ondes lundi prochain.

I. Les impressions sur les nouvelles chansons.
Il s'agit de l'avis du journaliste.

- Stand Up : le titre de la chanson a pour origine le mouvement "Stand Up and Take Action Against Poverty Movement", mais les paroles de cette chanson sont plus légères que l'on peut le penser : "Be careful of small men with big ideas" (littéralement, "attention aux petits hommes qui ont de grandes idées").

- Magnificient : Un hymne qui va crescendo et qui rappelle l'atmosphère de "The Unforgettable Fire". La guitare de Edge y est particulièrement mise en avant.

- Get On Your Boots : Une chanson électro-grunge qui prend une tournure hip-hop inattendue au milieu du morceau.

- Moment of Surrender : Une chanson de sept minutes à la mélodie magnifique, qui peut potentiellement devenir une des chansons phares de U2. La chanson parle d'une crise existentielle : "I did not notice the passers-by and they did not notice me" (littéralement, "je ne remarquais pas les passants, et ils ne faisaient pas attention à moi"). Elle a été enregistrée en une prise. Le "one" de l'album

- Unknown Caller : l'influence du Maroc se fait particulièrement sentir dans cette chanson qui s'ouvre sur le chant des oiseaux de Fez. Il s'agit d'un conte narrant l'histoire d'un homme dont le portable se met à lui donner des ordres.

- No Line on the Horizon : Eno y avait tout d'abord ajouté sa patte, en lui donnant un rythme lent, mais le groupe en a fait une chanson punk qui rappelle Vertigo. "C'est la rencontre entre les Buzzcocks et Bow Wow Wow", dit Bono.

- Crazy Tonight : Une chanson pop, qui rappelle les années 60 de Phil Spector, tout particulièrement en raison des effets de réverbération pendant les refrains. La chanson est construite autour de la phrase "I'll go crazy if I don't go crazy tonight" (littéralement, "je deviendrai fou si je ne fais pas de folies ce soir"). "Cette phrase sonne comme un slogan de Tshirt", dit Bono.

- Every Breaking Wave : une chanson qui rappelle "With or Without You".

- Breathe : Une chanson joyeuse, grâce à son violoncelle arabe et à son rythme de batterie entêtant. Ce morceau sera sûrement un des moments forts de la prochaine tournée de U2. Brian Eno dit d'ailleurs qu'il s'agit de la meilleur chanson que le groupe ait enregistrée.

- Winter : Une ballade acoustique à la Simon & Garfunkel sur un soldat perdu dans la neige en Afghanistan. Cette chanson fera partie de la bande son du prochain film de Jim Sheridan, avec Tobey Maguire.

- Cedars of Lebanon : Bono imagine qu'il est un correspondant de guerre. La chanson s'achève sur "Choose your enemies carefully cos they will define you" (littéralement, "choisis tes ennemis avec attention car ils font de toi qui tu es").



II. Les entrevues (citations choisies).

Le nouvel album

Bono : "je l'ai déjà dit avant, mais j'en ai assez de moi. J'en ai marre de Bono, et je suis lui. […] En tant qu'artiste, j'ai ressenti le besoin de ne plus écrire à la première personne, de revêtir les habits des personnages qui peuplent mon imagination. Le gars de "Cedars of Lebanon" est un correspondant de guerre. […] Et il y a cette chanson, pas encore finie, "Tripoli", sur un type, un flic franco-marocain qui traverse la France et l'Espagne sur une mobylette"

" On s'est installé à Fez, dans un petit hôtel, un riad, et on a sorti le matériel d'enregistrement dans la cour. C'était un endroit à ciel ouvert, avec les oiseaux au dessus de notre tête. […] Deux hirondelles revenaient tout le temps pour chier sur la batterie de Larry. Pas content."

[A propos du processus créatif en studio] "On attend que la lumière vienne, et ça peut prendre pas mal de temps. Si vous attendez que Dieu entre dans la pièce, il vaut mieux savoir qu'il ne faut pas compter sur lui (rires). […] C'est pratique d'être un groupe mal organisé. Bruce Springsteen a dit une phrase géniale à ce propos : "la démocratie est faite pour des endroits comme l'Irak, mais pour un groupe?..."

[Bono est réputé pour faire écouter les nouveaux albums à tout le monde en avant première] "Je préfère apprendre les mauvaises nouvelles avant que l'album ne sorte. Pas vous? Je le passe à tout le monde, à mon chauffeur de taxi. Je n'écoute pas forcément leurs avis, ce qui compte, c'est ce qui se passe pour moi quand ils sont dans la pièce."

[A propos des fameuses "beach sessions", dont Bono est responsable]" Edge a entendu les enregistrements, et il a dit qu'on peut entendre quelques vagues, et des bruits de chaises. Vous savez, je n'accorde pas vraiment d'importance à ces trucs-là… (chuchotements) mais les autres n'aiment pas vraiment ça.

[A propos de Radiohead, et de la sortie gratuite de leur dernier album] "Ce que j'adore avec Radiohead, c'est qu'ils essaient toujours de nouvelles choses, que ce soit dans leur musique ou dans la façon dont ils sortent leurs albums. C'est vraiment bien. Personnellement, je ne pense pas que la musique soit trop chère. Les gens payent 50 dollars pour des jeux vidéos, et dans notre cas, nous mettons deux années entières de notre vie dans la conception des albums".

The Edge : "Le disque change d'aspect tous les jours, mais je pense, oui, qu'il sera plus "brut" que les deux précédents. Ce qui semble nous inspirer en ce moment est le fait que la musique n'est pas juste une expérience auditive, mais quelque chose qui vous permet d'écouter en temps réel un événement qui s'est déroulé dans le passé. C'est bien ça qu'un groupe de Rock peut faire : il peut vous transporter dans la même pièce quand vous écoutez leur musique. Vous entendez ce qui a eu lieu. […] C'est pour cela qu'on essaie de garder assez "brute" une chanson comme "stand up", ne pas trop l'aseptiser."

" je veux que les gens l'écoutent, qu'ils ne fassent pas que l'acheter. Je veux que ce soit un album qu'on réécoute souvent, en profondeur, comme tous les albums que j'aime. […] Je pense qu'il pourrait s'agir de notre meilleur album."



Adam Clayton :
"Dès les premières sessions, Larry a utilisé une batterie électronique. Normalement, Larry tape vraiment fort, et c'est dur de travailler pendant des heures avec tout ce bruit. Mais la batterie électronique lui a permis de jouer différemment. Du coup, la musique est différente."

"Je pense que c'est bien que nous ayons pris notre temps avant de sortir l'album. On voulait pas s'excuser, comme après chaque foutu album, en disant "si on avait eu plus de temps, ça aurait été mieux"… On a vraiment bossé dur sur ces chansons, et on a vraiment fait tout notre possible".

[Sur les beach sessions] "Il y a eu une fuite… Notre maison de disque, a rapidement réagi. Mais à mon avis, si les gens ont le temps de passer toute une journée sur un ordinateur à écouter des chansons de U2 enregistrées avec des téléphones… ils méritent bien ça. J'aimerais avoir de nouveau autant de temps. […] Bono a fait son Bono. (avec sagesse) On ne peut empêcher Bono d'être Bono".

Larry Mullen Jr.:
[A propos de Rick Rubin] "Rick a sa façon de travailler, c'est un homme vraiment sage, et je l'apprécie énormément. Mais il travaille avec des pros, qui ont une idée arrêtée de ce qu'ils veulent faire, et qui bossent en fonction. Pas des amateurs qui se pointent et attendent que les choses aient lieu. Parfois, c'est ce qui se passe avec U2. Je pense que ça a été vraiment dur pour lui, parce qu'il voulait vraiment faire avancer les chansons, mais elles n'étaient pas prêtes. […] Il s'agit de gérer quatre personnes aux avis vraiment différents quant à la façon de procéder. C'est un sacré défi. On a eu une demi douzaine d'idées avec Rick. Il y en a une ou deux qui seront sur l'album, et on travaillera sur les autres la prochaine fois. On aimerait bien sortir un autre album assez rapidement, parce qu'on a beaucoup de chansons. Je détesterais que Rick se dise qu'on pense que ça a pas marché parce qu'il était mauvais. On a eu besoin d'autres personnes, parce qu'on était bloqué.

"Le Maroc a été l'idée de Bono. Il m'a parlé de ce festival religieux, en pensant que je l'enverrais bouler, mais en fait, j'ai dit que c'était une bonne idée, que j'avais envie de retourner au Maroc. […] Ça a été un succès. […] Ça m'a rappelé le bon vieux temps, quand on se retrouvait tous dans une chambre. Et j'avais cette batterie électronique, je jouais pas fort, et personne ne me disait, "Larry, arrête de jouer si fort", ou "Tu peux pas mettre quelque chose sur ta batterie?", ou encore "Tu veux pas t'arrêter de jouer, quelques jours?". Brian ne supportait pas le bruit de ma batterie, donc j'aimais bien l'énerver."

"Au début, on voulait faire quelque chose d'ésotérique, de sombre, avec tout de même quelques tubes. Ça s'est transformé en quelque chose d'autre. Il y a toutefois un certain degré d'expérimentation dans notre album… c'est juste pas la même bête qu'au début. Ce n'est pas ce à quoi les gens s'attendent lorsqu'on parle de U2 et d'expérimentation. C'est pas Zooropa, ou les Passengers. Ça a beaucoup de poids. C'est peut être meilleur. Je pense qu'il y a là certaines des meilleures chansons que nous ayons écrites. C'est pas de la langue de bois, je crois vraiment ce que je dis. Est-ce qu'on est allé aussi loin qu'on le pouvait? Je ne sais pas. C'est le risque que l'on prend quand on sort un album : vous pouvez pas vraiment savoir. Mais, mises à part une ou deux erreurs en cours de route, je pense qu'on s'est plutôt bien débrouillés jusque là."

La délocalisation de U2ltd aux Pays-Bas

Bono : "Si on veut m'attaquer, cette histoire est le prétexte parfait. On paie des millions de dollars d'impôts, mais on ne paie pas plus qu'on ne le devrait. Mais bon, c'est pratique si l'enfoiré de chanteur a l'air d'avoir besoin d'une paire de baffes".

The Edge : "Quelqu'un a fait un bon commentaire à ce propos : "Vous savez, c'est une bonne chose - pensez à tous les musiciens qui ont terminé leur carrière ruinés, et qui sont morts pauvres". Un groupe qui fait attention à son argent, et gère bien sa situation financière au fil du temps, c'est très inhabituel. C'est le progrès! Je ne veux pas rentrer dans les détails, mais ce qu'on a dit à ce sujet n'était pas vraiment vrai, ce n'était pas ce que les gens pensent."

L'engagement politique et la vie de stars

Bono : " J'essaie de ne pas tomber dans la caricature du saint. J'ai toujours revendiqué être un pécheur. Les gens m'aiment bien parce qu'ils me voient sortir de bars […], je vis dans une jolie maison et Edge et moi avons une maison en France. Mais on ne l'impose à personne, elle n'est pas criarde. Cela serait néanmoins mal de prétendre que je suis quelqu'un que je ne suis pas. […] Je ne me promène pas avec des gardes du corps. Dans mon groupe, le sport national, c'est de me persécuter. C'est là que je me demande (rires) : qu'est-ce qui a bien pu se passer? […] Je sais où aller, et où ne pas aller, j'ai une vraie intelligence de la rue, et je sais que ça peut mal tourner à un moment ou un autre. Mais je préfère prendre ce risque, vous savez, je m'amuse plus que je ne le devrais. Alors qu'il y a quelques années, je faisais attention à la façon dont j'entrais dans le magasin du coin (rires). […] Je me souviens que je ne mettais jamais mon bras autour d'Ali quand on marchait dans la rue. Je pensais que les gens nous observaient, alors que ce n'était sûrement pas le cas. […], ou que le buraliste faisait attention à quel type de journaux j'achetais. Ce qui n'est pas le cas."

[Sur les élections américaines] "Je ne peux pas vous donner mon avis. C'est tout le propos de la "One Campain". Nous n'avons pas le droit, au nom des gens les plus pauvres du monde, de diviser le pays. J'ai rencontré les 10 candidats, au début des campagnes, pour leur dire de ne pas jouer de tour aux pauvres de ce monde. Et même si Obama a promis de doubler les aides d'ici 2015, jamais McCain ne l'a critiqué pour cela. J'ai appris à ne pas parler en mon nom. Parfois, ça a été dur pour moi. J'ai fait savoir mon avis à ceux concernés, à Bush, à Blair, en privé, mais j'ai vite arrêté, parce que j'ai rapidement eu l'impression d'être monomaniaque. […] J'ai rencontré McCain plusieurs fois, Obama encore plus. Mais vous savez, quand vous avez écrit une chanson sur le meurtre de MLK, et que vous voyez un tel évènement avoir lieu… Pour ce qui est de Bush, je peux vous dire que… (il ferme les yeux, se concentre) il est sûrement allé bien trop loin en Irak, mais des millions de personnes devront la vie à ses programmes d'aide."

[Son temps libre] "J'aime nager, donc l'été, je vais me baigner dans la mer. Pour me détendre, j'invite mes copains. Notre maison, le week-end, est lieu de fêtes permanentes. On met de la musique, les gens restent dormir. Ali aimerait peut être que la maison ne ressemble pas tant à une gare (rires), mais il y a vraiment beaucoup de rires. […] Je dois rester en forme. Je ne peux pas trop boire. Je ne pense pas être quelqu'un de narcissique, sinon je ferais une très mauvaise publicité pour la vanité. Mais je veux être beau pour le groupe. Quand je compose les chansons, je passe beaucoup de temps en France. Je bois du vin, et prends quelque kilos, et je saute dans l'eau comme un gros tas. Mais pour ces chansons, nous allons devoir être une machine de guerre affûtée et vicieuse. On est de retour sur le ring."

The Edge : "Bono passe autant de temps que possible à travailler sur sa campagne de développement, mais, en fait, c'est le temps passé à travailler avec U2 qu'il aime vraiment. Il n'a pas besoin d'être encouragé, c'est lui qui appelle, et qui dit : "Quand est-ce qu'on retourne en studio?", parce qu'il aime vraiment ça."

Adam Clayton : "J'aimerais avoir de nouveau une vie. […] La plupart du temps, vous entrez en studio, et vous vous coupez de vos amis, de votre famille, parce que vous travaillez la nuit. Quand vous partez en tournée, et que vous rentrez un an après chez vous, le téléphone ne sonne pas pendant une semaine entière. Et vous vous demandez "Qu'est-ce qui a bien pu se passer? Comment est-ce que je m'occupais avant"?. […] Le soir, le samedi, je reste chez moi. C'est effrayant dehors. Tout le monde devient taré".

"Quand je me mets à me plaindre, on me dit souvent : "tu peux parler, t'as même pas d'enfants". […] J'ai une petite amie, et j'aime ça. Je pense que nous sommes des gens bien. Et on a de la chance de ne pas avoir eu de tabloïdes sur le dos. Je pense qu'il a pas grand-chose à révéler. […] J'ai eu ma "période tabloïde". J'ai pas vraiment aimé, d'ailleurs. Tout a commencé quand j'ai été chopé pour conduite en état d'ivresse [En 1989, il a été pris avec plus du double du taux toléré, a eu une amende de 500 livres et s'est vu son permis retiré pour un an]. J'ai même pas réussi à arrêter ma voiture. Ça s'est retrouvé dans les journaux, et ça a empiré après. Il y a eu l'histoire de la possession de drogue… [En août 1989, de la Marijuana]."

"Je déteste changer mes cordes. Le bonheur, pour moi, c'est de pouvoir jouer la même note, sur la même corde, toujours de la même façon, en continu, pour l'éternité. Voilà la définition du bonheur, pour moi."

Larry Mullen Jr. : "J'adore ma famille, mes enfants. Ils me font rire, me font pleurer, et me font me lever le matin. Avant, c'était le groupe qui faisait ça. D'une certaine façon, les deux mondes s'opposent, et il m'est parfois difficile de prendre une décision. Est-ce que je reste tout la nuit au studio? Ou est-ce que je rentre chez moi, pour me lever tôt le lendemain matin? Pour l'instant, ça se passe bien, mais je dois batailler avec tout ça. Je pense que c'est pareil pour les autres. Un de mes enfants a treize ans, et je reçois souvent ces coups de fil : des problèmes par ci, des devoirs par là, des fugues, c'est vraiment un sacré défi, alors que je suis sur le point de finir un album et de me lancer dans une tournée. Cela me cause du souci. […] Souvent, je me dis que je devrais mettre une casquette de chauffeur de taxi. Je passe énormément de temps à transporter les enfants, parfois ceux des autres, d'une maison à l'autre. Il y a la natation, le ballet, le foot, et ça continue, encore et encore. La nourriture peut être un sacré problème si c'est à vous de vous en occuper. Tout le monde veut quelque chose de différent. Donc je passe beaucoup de temps dans la cuisine, mais j'aime ça. J'aime ce que ça me fait."

"J'admire Bono pour ce qu'il a fait. Je pense qu'il a accompli des choses extraordinaires. Et je pense que les gens s'en souviendront. J'ai aucun problème avec ça, il fait toujours son boulot, il peut encore écrire des paroles magnifiques. […]Mon seul problème, c'est les gens avec qui il traîne parfois. En particulier Tony Blair. Je veux dire, je pense que Blair est un criminel de guerre, et qu'il devrait être jugé en tant que tel. Et quand je vois qu'il est pote avec Bono… J'aime pas ça. […]Bono est allé voir Bush, et beaucoup de personnes l'ont critiqué pour ça, mais Bush a été très généreux envers sa cause. Est-ce que je pense que Bush est un criminel de guerre? Probablement, mais la différence entre lui et Blair, c'est que Blair est intelligent, il a aucune excuse pour ce qu'il a fait. Alors que je pense que Bush pourrait trouver quelques excuses pour son comportement. Mais c'est parfois dur, quand vous voyez tout ça dans les journaux. Je comprends pourquoi les gens sont choqués. D'un autre côté, je pense que ça a permis à certains de comprendre le but de Bono, qu'il est prêt à utiliser le poids de sa célébrité, aux dépens de sa vie privée, et de celle de sa famille, pour aider d'autres personnes. On ne peut nier qu'il met beaucoup de soi-même dans ce qu'il fait."

"Quand on est vendredi et que ma semaine est finie, je rentre directement à la maison pour voir ma famille. Donc on [U2] passe moins de temps ensemble hors du studio. On est toujours amis, mais c'est bien plus difficile à présent. On est plus quatre gars contre le reste du monde. Ça, c'est fini. On se retrouve bien moins souvent dans un bar, à boire une bière et à parler de tout et n'importe quoi, et c'est bien dommage."

U2 et la concurrence

Bono : [à propos de la relève] "Les Killers veulent la ceinture d'or. Et, ouah, quelles mélodies ils offrent. Il y a aussi les Kings of Leon - quelle voix, sur le dernier album… j'aimerais que plus de groupes essaient de nous mettre K.O.

[La différence entre U2 et les Stones] "Elle est toute simple, Keith et Mick n'ont pas su rester amis. Imaginez ce qu'ils auraient pu écrire, si non. L'harmonie est quelque chose de très particulier. Alors qu'ils vieillissent, les mâles veulent être les seigneurs de leur propre domaine, ils se débarrassent des conflits, et donc de l'étincelle qui les rendait si géniaux. Ce qui est vraiment pathétique, c'est qu'Edge et moi, on a deux fils qui ont le même age et dont les prénoms riment, et on s'en était même pas rendu compte à l'époque - Eli et Levi.

Adam Clayton :" J'adore les Kaiser Chiefs. Je pense qu'ils sont vraiment bons. […] Et j'aime toujours quand c'est le batteur qui est le patron du groupe."

"Je suis toujours surpris quand les gens disent : "je suis allé à ce concert", ou "j'ai vraiment adoré cet album". Je suis étonné qu'ils soient encore intéressés par nous. Ils doivent se reconnaître dans notre maladresse. Je ne sais pas si je serais un fan de U2. (Il sourit) J'aime pas vraiment ces gros concerts."





Larry Mullen Jr. :
"Il ne s'agit pas de bien vendre, il ne s'agit pas de remplir les stades, pas nécessairement, il s'agit de faire de la bonne musique. […] On a toujours ressenti le besoin de prouver quelque chose, de prouver qu'on était pas là par chance, que ça a jamais été tout fait, et que U2 possède vraiment quelque chose de spécial, comme une force musicale. Notre moment le plus génial n'a pas eu lieu au début de notre carrière. J'espère qu'il aura lieu à la fin. Je sais que ça a l'air d'être des conneries. Je suis toujours très conscient des phrases à la Bono… […] Les Killers peuvent fantasmer sur une retraite de U2 qui leur laisserait prendre notre place, mais ils vont devoir faire un peu mieux! Sauf leur respect, j'adore ce groupe."

La future tournée

Bono : "Je ne peux pas trop en parler, sinon les gens de Live Nation mourraient, mais je pense qu'on peut dire que ce qu'on a prévu pour les stades, c'est du jamais vu, et ça fait longtemps qu'on le prépare. […] Nous avons beaucoup de joie, de la rage, nous ne sommes pas raisonnables, on peut prendre un coup. Mais on peut aussi en donner. Si on se plante pas, 2009 sera à nous".
Zen2003
Membre
334 messages postés
   Posté le 04-02-2009 à 17:14:29   Voir le profil de Zen2003 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Zen2003   

Une nouvelle revue issue de http://www.suckingrockandroll.com/

No Line On The Horizon : premières impressions
Publié le 30 janvier 2009 à 18:46, par bert,

Conviés par Universal France, nous avons pu ce vendredi écouter pour la première fois le nouvel album de U2. Premières impressions…

Une petite salle, une quarantaine de sièges, des journalistes spécialisés essentiellement, le décors est planté. On laisse tout à l’entrée, sac, portables, manteaux, hors de question de permettre à quelqu’un d’enregistrer ce qui va être diffusé. Un cahier, un crayon, et les premières notes de No Line On The Horizon qui retentissent. Et quelles notes!

Ça commence fort
L’album s’ouvre par ce qui sera sans doute LE titre U2 de 2009, No Line On The Horizon est une chanson rock énorme, lourde, inhabituellement rapide pour U2, et dont les sonorités et le chant font penser par instants à Kings Of Leon . Le refrain, très court et très calme, permet d’impressionnants changements de rythme typiques de U2. Ce titre sera sans aucun doute un must de la tournée, et on pourrait même y voir la chanson d’ouverture toute désignée.

Magnificent continue sur la lancée “rock” du titre précédent, avec l’apport de sonorités électroniques qui semblent toutes droites venues de la période Passengers. L’intro monte lentement pour nous emmener à nouveau vers un rythme intense. Le refrain est une nouvelle fois une rupture, sans réelle mélodie, un refrain planant basé sur la voix de Bono et une discrète présence de The Edge à la guitare. Ce titre symbolise à lui seul l’ensemble de l’album : un mix de rock et de moments planants, révélant avec parcimonie de multiples sonorités électroniques.

On se calme… Après deux titres très rythmés, U2 ouvre un triptyque plus léger. Moment Of Surrender est la balade toute désignée de l’album. A chaque album le groupe tente de trouver un successeur digne de ce nom à One et Stay , avec plus ou moins de réussite. Cette fois est peut-être la bonne, Moment Of Surrender arrive à provoquer l’émotion, grâce au chant torturé de Bono, et à un refrain vocal magnifique. The Edge nous offre un solo aérien remarquable dont le son peut rappeler certains titres de Pink Floyd.

Unknown Caller débute par des gazouillis d’oiseaux. Le temps de l’intro, on s’imagine dans un jardin au bord d’une rivière et Bono nous sussure “ Sunshine, sunshine ” à l’oreille. C’est frais. Le reste du titre est une balade, combinant une grosse guitare et un refrain presque “parlé”. La fin permet à The Edge de nous combler d’un nouveau et long solo de guitare, pour nous amener lentement au titre pop de l’album : Crazy Tonight .
Léger, entrainant, et rafraichissant, ce titre reprend le flambeau de Wild Honey mais sans aucune autre comparaison possible tant il lui est supérieur. Bono chante “ Baby, baby ” et nous renvoie à l’époque d’ Achtung Baby . Le refrain accrocheur restera facilement dans les têtes.

… pour mieux repartir
Get On Your Boots met un terme à la pause “pop / balades” et revient là où on avait commencé : le rock. Passons sur ce titre que tout le monde connait désormais, et intéressons-nous au titre suivant Stand Up Comedy , qui est son petit frère naturel. C’en est le prolongement clair et net : même riff de guitare typique, même son lourd, même façon de chanter un peu “parlée” de Bono. Tout au long du morceau, celui-ci s’affirme vraiment comme la suite de Get On Your Boots.

Fez - Being Born surprend. Plus qu’un titre, il s’agit presque de deux titres bout à bout : Fez d’un côté (l’intro) et Being Born de l’autre. Planante, l’intro semble tout droit sortie de l’album Zooropa et contient des sons type “zapping radio”; elle surprend par la reprise des “ Let me in the sound ” de Get On Your Boots . La suite du morceau démarre brusquement. A mi chemin entre la balade et le titre rock, le titre glisse agréablement, sans réelle structure.

Atterrissage contrôlé
L’album atterrit ensuite lentement. White As Snow et Breathe sont deux titres classiques de U2.
Le premier commence lentement comme le faisait The Ground Beneath Her Feet à son époque. La guitare de The Edge fait penser à une balade écrite par un groupe de hard-rock. Quant à Breathe, elle commence par une intro bordélique de Larry Mullen, et laisse rapidement place aux inspirations de The Edge, dont la guitare innonde le morceaux, et qui nous gratifie encore d’un solo final.

Cedars Of Lebanon arrive ensuite, tel l’OVNI de l’album, un peu comme le furent The Wanderer sur Zooropa ou Wake Up Dead Man sur Pop . Le titre est construit autour de Bono qui parle plus qu’il ne chante, sur une musique au tempo très lent qui clôt parfaitement un album très excitant.

Conclusion
Excitant est en effet le mot qui pourrait le mieux qualifier l’album. Soyons clair, si vous vous attendez à un classique U2 des années 2000, vous allez être déçu.
Même chose si vous imaginez U2 revenir aux années 90 et reprendre la suite d’ Achtung Baby . Non No Line On The Horizon ne ressemble à rien de ce que U2 a fait jusqu’à présent.
Ce qui ne l’empêche pas d’être simplement énorme. C’est un album dense, lourd, qui contient les bribes d’un rock que U2 n’avait peut-être jamais proposé, tout en gardant cette touche qui leur est si spécifique.
On se surprend à plusieurs moments à entendre des sons qui nous rappellent Zooropa ou les Passengers , mais ce disque est un matériel nouveau, à bien des égards incomparables aux précédents.

Get On Your Boots en constitue un bon aperçu, sans en être le sommet. Et on aime autant vous prévenir tout de suite : la première partie de l’album est une vraie claque !
Haut de pagePages : 1  
 
 Cyberspace Forum  Cyberspace - Show  News du monde musical, Chroniques, Interviewes  U2... du neuf à l'horizon !Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum
   Hit-Parade