Cyberspace Forum
Administrateurs : Zen2003
 
 Cyberspace Forum  Cyberspace - Show  News du monde musical, Chroniques, Interviewes 

 Duran Duran - Red Carpet Massacre Live Show

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Zen2003
Membre
334 messages postés
   Posté le 05-11-2007 à 14:53:49   Voir le profil de Zen2003 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Zen2003   



Duran Duran ... sans l'ombre d'un doute LE groupe le plus mesestimé de ces 30 dernieres années.
Etrange comme le monde entier s'est incliné devant les "fab 5" (puis 3, puis 2, puis 5 à nouveau... et enfin 4 aujourd'hui LOL) : l'Angleterre, les US, l'Italie, le Japon, l'Allemagne... pas un pays n'a résisté aux Duran Duran depuis leur "réunion des membres originaux" de 2003... sauf la France.

Pourtant, dans leur carrière, les Duran ont livré certains des singles les plus efficaces de la pop ( A View To A Kill, Notorious, Sunrise, Out Of My Mind, Girls On Film ...) et une poignée d'albums phénoménaux ( Medazzaland en 97, Astronaut en 2004, Notorious en 1986, Rio en 1982... et l'un des chefs d'oeuvres des 80's paru sous le nom d' Arcadia en 1985, So Red The Rose qui réunit un des castings les plus impressionant : Sting, Carlos Alomar, Herbie Hancock, Grace Jones, David Gilmour ...)

Reconnus par toute une jeune génération de groupes ( Sissor Sisters, Darkness ...) et d'artistes ( Robbie Williams ...), ayant explosé les records de ventes de tickets lors de la précedente tournée... sauf en France.

Tout allait donc pour le mieux, les 5 larrons réunis, auteurs d'un album pop frais et imparable ( Astronaut ), pres de 3 ans de tournée intense, des awards un peu partout en guise de reconnaissance... lorsque à nouveau, comme une malediction qui encore une fois les frapperait à l'aube de s'installer définitivement au sommet, Andy Taylor (guitare) claquait la porte alors que les sessions du nouvel album commencaient et n'honorait plus non plus les dernieres dates de la tournée... scénario simmilaire à son 1er départ, fin 85, alors que commencait l'enregistrement de l'album Notorious .
La participation du groupe au Live 8 en rajoute d'ailleurs une couche dans la "répétition de l'histoire", puisque la derniere fois qu'était apparu Andy avec ses copains remontait au Live Aid de 85

Mais cette fois le groupe ne compte pas se laisser abattre et trace sa route. L'annonce de la collaboration avec Timbaland à la production et Timberlake en guest a failli propager une vague de crises cardiaques au sein de la communauté des fans, redoutant un album hip hop / RnB "tendance"... C'était, tout d'abord, oublier un peu vite que les Duran ont toujours été attirés par les grooves et la musique black en général : Funk avec Notorious ou House avec Big Thing , comment pouvaient ils rester loin de ce qui représente, en terme de production et de son, certainement ce qui se fait, si ce n'est de mieux, au moins de plus nouveau & créatif depuis déja pas mal d'années.
Et oublier également que les Duran Duran, malgré parfois quelques erreurs de parcours (le gachis des albums Liberty en 90 ou Pop Trash en 2000.. mais qui ne risque rien ne se plante jamais) a une éthique, une ligne directrice et qui que ce soit derrière la console de production, un titre de Duran reste un titre de Duran.

Alors que la quasi intégralité du précédent opus s'étaient retrouvé en grande partie sur le net bien longtemps avant sa sa sortie, ce Red Carpet Massacre, à l'exception de 3 titres et quelques extraits, est resté bien secret jusqu'à la semaine dernière, début d'une dizaine de représentations à Broadway pour présenter l'album.

Cette chronique repose donc sur un bootleg audience (de très bonne qualité ) du show du 1er novembre.




Part One : Red Carpet Massacre's set

The Valley : un démarrage sur les chapeaux de roue. Le Duran Duran que l'on aime, mélodique, dark & pop à la fois, ce titre entame le show, et on s'en doute l'album de façon élégante.

Red Carpet Massacre : Le soufflet retombe (pas pour longtemps) instantanément. Pas un mauvais titre en soi... juste bizarre. De plus la compo en elle même n'est pas franchement la meilleure du groupe.

Nite Runner : Attention, on rentre dans le vif du sujet. 1er titre vraiment estampillé Timbaland. Refrain piloté par un riff de basse imparable. Le petit gimmick guitare du couplet est bien senti, mais risque de fatiguer à la longue. Une rythmique Funk qui n'est pas sans rappeler la période Notorious. L'appel à Timbaland pour la prod n'est d'ailleurs pas si surprenant que ca pour un groupe dont le leitmotiv a toujours été de croiser la new wave blanche et le groove black. Break excellent, les claviers du sorcier Rhodes sont toujours aussi efficaces.

Falling Down : La ballade Duranienne par excellence. Tant dans le theme (s'accrocher à sa dignité et se battre pour remonter la pente quand on est tombé très bas... ca sent le vécu ) que dans la compo. La version Live met les samples de Timbaland & Timberlake un peu plus en avant dans le rythme que la version studio. Un titre auquel j'ai eu un peu de mal à adhérer mais qui fait son bonhomme de chemin. Timberlake (qui a écrit le titre avec DD) voulait faire un Ordinary World N°2 ... objectif pas totalement atteint... mais pas totalement loupé non plus. D'ailleurs perso, je ne comparerai pas plus que cela, mis à part que comme 1er single, d'autres titres auraient été certainement plus percutants.

Et à partir ce ce moment... il n'y aura pas un titre à jeter. Chaque titre dépasse le précedent!

Box Full Of Honey : Attention chef d'oeuvre N°1 ! On retrouve l'ambiance mélodique d'Arcadia. DD fait la preuve là de leur maitrise de LA mélodie qui tue.

Skin Divers : ZE bombe,le Chef d'oeuvre N°2 de l'album, Ce titre aurait du être le 1er single, sans l'ombre d'un doute. La fusion improbable mais parfaite de la New Wave anglaise et du Hip Hop US. Le " Wild Boys " de cette décénie (la basse rappelle beaucoup l'intro de Wild Boys du tour 87 et le gimmick de drum de ce live est un clin d'oeil à peine discret).
Dark, mélodique, opressant et une production a tomber par terre. Le Rap de Timbaland est certainement un des plus percutants. Court, efficace et indispensable. Le final mélant les choeurs de Le Bon, en très très grande forme vocale, et les incursions de Timbaland est magistral.

Tempted : Le snippet audio de la version album ne m'avait guere séduit (un espece de son de synthé kitchissime à la 2 Unlimited insupportable venant gacher le morceau)... mais la transformation Live est sublime. Le fameux son est plus gras et moins... "irritant", laissant surtout l'espace sonore au reste. Mélodiquement encore, le groupe fait une démonstration de savoir faire.

Tricked Out : Un instrumental puissant. Moi qui n'aime pas trop quand les DD se la jouent rock à grosse guitare, là, ca marche plutot bien On sentirait presque le fantome de Waren Cuccurullo (guitare de 86 à 00) tant cet instru aurait collé à des albums comme Medazzaland ou Pop Trash .
Rhodes trifouille ses synthés, Roger & John assainent une rythmique diabolique et Dom Brown, nouveau guitariste, se lache...

Zoom In : Chef d'Oeuvre N°3. Basse electro, claviers omniprésents... un morceau typique du coté obscur de la force Duranienne.

She's Too Much : La chanson de Simon le père pour sa fille. Est ce parceque je suis moi même Papa que cette chanson me fait fondre littéralement. Le genre de titre que j'essaie de composer pour mes enfants depuis quelques temps LOL... je suis jaloux là. Pas gnan gnan pour un sous. Un slow imparable, des paroles on ne peut plus justes ne pouvant résumer au mieux ce que c'est que d'être parent : regarder ses mômes pousser, se planter, avoir mal... et être là pour soigner les blessures, sans juger, juste être là parcequ'on ne peut pas faire grand chose d'autres... Superbe titre... N°4

Dirty Great Monster : Des bons gros cuivres rappellent forcement l'age de gloire 83-86 du groupe. Un titre mid tempo, carrefour parfait entre la culture Soul du groupe et leur sens de la pop.

Last Man Standing : Là encore, l'ombre d'Arcadia plane sur ce titre sombre & mélancolique.

Part Two : Hits & Rarities

Electro Set

Show Room Dummies : Duran Duran en route pour Dusseldorf ! Il est toujours très dur de reprendre un titre de Kraftwerk au niveau vocal... car ca devient très vite rasoir... et cette reprise n'échappe pas à la règle. Ceci dit, sur le coup, en live, ca fait son effet, surtout de voir les DD déguisés en Kraftwerk pour un mini set totalement electro.

Last Chance On The Stairway : Les fans sont aux anges pour un titre plutôt rare dans les set lists du groupe. Revus donc à la sauce electro, et ca marche ! Un Simon Le Bon toujours au top apres une heure intense de concert, d'autant que ce titre n'est pas des plus faciles à interpreter. La preuve avec ce titre de 1983 que les compos du groupe ont toujours été taillées pour traverser les décennies

All She Wants Is : Quoi de plus logique que de piocher dans un des albums les plus electroniques du groupe, Big Thing , pour ce set. Donc finalement, pas beaucoup de surprise, le titre de base étant déja orienté electro... mais qu'est ce que c'est bon ! Le titre s'acheve sur un hommage à Warm Leatherette du projet de Mr Dan Miller, le boss de Mute records, paru fin 70's sous le nom de The Normal .

I Don't Want Your Love : Toujours issu de Big Thing ... une version explosive... plus ce set electro défile plus on rêve à ce que cette partie du concert soit conservée sur la tournée à venir et surtout enregistrée officiellement. La basse electro est excellente. On ne peut pas se dire que bientôt 20 ans nous séparent de la sortie originale de ce titre. DD a toujours excellé quand ils se risquaient à transformer des titres pour le Live (sublime version de la B Side, Secret Oktober lors du Tour 98 ou l' Acoustic Evenings Tour de 92), les détruisant pour mieux les reconstruire. On ne peut que regretter qu'ils n'aient pas cette audace pour s'attaquer aux "gros hits" du style Rio, Reflex, Something I Should Know ou autres A View To A Kill .
Et puis une espoir avec ... celui un jour d'un album totalement electro !

Skin Trade : Ah ben tiens, un "gros hit" qui passe à la moulinette electro Pas des plus facile en plus... tourner un titre tout en groove funk soul en un titre robotique. Essai à nouveau transformé ! Et autant vous dire, qu'en tant qu'admirateur inconditionnel du groupe, ce titre fait partie des quelques uns que j'ai vraiment, mais vraiment du mal, à ré écouter aujourd'hui (par lassitude et non pas la qualité toujours indéniable de ce titre)

Classic Set :

Notorious : Toujours aussi efficace, surtout avec le retour d'une section cuivre en live. On est replongé en plein " Strange Behaviour Tour 87 " et le groupe n'a pas pris une ride (musicale )

The Reflex : Des petits ajouts de synthés rendent la version à nouveau supportable. Là encore, ce n'est pas une question de qualité car il s'agit là d'un des tubes pop les plus efficaces qui soit sorti, mais une question d'overdose. Mais pris dans la vague d'un concert exceptionnel, on se laisse embarquer sans resistance...

Take The Dice : combien de groupes pourraient prendre le risque de refaire tomber le soufflet d'un concert apres une telle avalanche de tube en ressortant un obscur titre de " Seven And The Ragged Tiger " (1984) dont les interprétations live ces 20 dernières années doivent se compter sur les doigts d'une main.

Suivront d'autres gros hits - Ordinary World , Come Undone , A View To A Kill (le meilleur titre composé pour un James Bond avec le Live & Let Die des Wings...) dont paradoxalement comparé aux autres "vieux" hits je ne me lasse toujours pas, (Reach Up For The) Sunrise (excellent apport guitaristique de Dom Brown avec un nouveau riff et un solo inédit) et le final sur Girls On Film - assainés de manière impériale, avec une facilité déconcertante et un constat qui s'impose : Duran Duran EST le meilleur groupe de pop de ces 30 dernières années . Maitrisant l'écriture d'hymnes intemporels, une production soignée, un sens du visuel jamais égalé par personne [ si certains trucs des 80's peuvent sembler ridicules aujourd'hui, en se remettant dans le contexte et pour l'avoir vécu à l'époque, c'était ce qui se faisait de mieux ] et surtout, des performers live qui doivent certainement leur survie à leur maitrise de la scene et d'avoir écumé les salles de concert sans relache.



2h de concert assainé comme un coup de masse. Les "vieux" sont loins d'être des dynosaures.. plutôt de vieux Lions à qui on ne la fait plus et qui sont là pour donner une bonne leçon de talent, de travail, de performance live et surtout... se faire plaisir encore et toujours.
On aurait pu penser que Timbaland avait été appelé pour donner un coup de jeune au DD... il est certainement plutot venu prendre des cours

Avec un clip pour accompagner "Falling Down" en 4 versions dont une censurée par pas mal de TV et une de plus de 15mn (qui marque le retour des belles voitures & des manequins dans l'univers visuel de DD), un concert prévu à Londres en décembre reporté pour raison d'offre nettement inférieure à la demande ayant poussé les autorités à conseiller au groupe de le tenir dans une salle plus grande (plus de 10 000 appels simultanés de fans ayant fait péter le standard de la salle prévue), ce live circulant sur le net... toutes les conditions sont réunies pour le buzz de l'année et faire de la sortie de ce 12ème album un carton planétaire... sauf en France, bien sur.



DURAN DURAN sera à l'honneur de Cyberspace le 11 Novembre (voir programme LA avec la presentation exclusive de quelques titres de Red Carpet Massacre et une émission leur sera totalement consacrée le 18/11/07


Edité le 08-11-2007 à 17:35:35 par Zen2003




--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Cyberspace Forum  Cyberspace - Show  News du monde musical, Chroniques, Interviewes  Duran Duran - Red Carpet Massacre Live ShowNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum
   Hit-Parade